L'histoire du Judo

 

L’histoire du Judo

et

Jigoro KANO

 

judokano.bmp (86918 octets) 

    Si les arts martiaux se développèrent de manière quasi universelle, ils n’eurent jamais un développement aussi important qu’au Japon.

    Les premières règles du Ju-Jitsu (art de la souplesse) furent imaginées par un vieux médecin chinois et les différentes écoles gardèrent jalousement leurs propres secrets. Différentes formes de disciplines de combat virent le jour à travers les époques utilisant différentes techniques, armes ou instruments. Vers le milieu des années 1800, on dénombrait au Japon près de 160 écoles majeures d’arts martiaux répartis en 8 familles (notamment le Iaï-Jitsu, l’Aïki-Jitsu, le Ken-Jitsu ou le Ju-Jitsu).

 

kano9.bmp (288054 octets)

 

    Ces écoles, en se multipliant, évoluèrent aussi. D’arts ou de techniques, ces disciplines devinrent des voies philosophiques ou des styles de vie. La confrontation physique permet alors à chacun d’affirmer sa personnalité et d’accéder à une meilleure maîtrise de soi tout en pratiquant des techniques susceptibles d’assurer sa protection. C’est le fameux passage du Jitsu en Do. Ainsi, l’Iaï-Jitsu devint-il l’Iaï-Do, l’Aïki-Jitsu, l’Aïkido, le Ken-Jitsu, le Kendo et le Ju-Jitsu, le Judo (voie de la souplesse).

Le Judo

 

kano15.bmp (114974 octets)

Jigoro KANO 

    C’est un universitaire et haut fonctionnaire impérial qui a créé et diffusé le judo moderne. Pénétré de traditions, il est pourtant innovateur. Intègre et idéaliste, c'est toutefois un homme habile, soucieux avant tout d’éducation et de progrès moral. Et surtout, Jigoro KANO fut rapide à saisir le dynamisme du système sportif occidental. Ce spécialiste du Ju-Jitsu, étudia sur des documents originaux l’ensemble des techniques ancestrales du Sumo et l’art des saisies (Kumi Uchi) qui aboutira au travail primordial du Kumi Kata (les prises) en judo. Au décès de son 1er Maître, Maître FUKUDA, il entre à l’école Kito-Ryu où il découvre sa propre méthode qui repose sur l’utilisation efficace de l’énergie. De toutes ses recherches et synthèses, il décida de créer son propre dojo (salle de pratique) en 1882. Ce dojo comptait alors 12 tatamis (tapis de judo) et 9 disciples. Il nomma cette école le KODOKAN.

 

Eishoji.bmp (267054 octets)

Le premier Kodokan 

     La réputation de l’école ne tarda pas à se propager grâce aux nombreuses victoires remportées contre les autres écoles. Le dojo ne cessa alors de s’agrandir et de déménager. Elle passa de 12 tatamis à 167 en 7 ans. Le judo du KODOKAN fut reconnu en peu de temps et représente aujourd’hui le judo pratiqué dans le monde entier. Ceci est clairement établi dans l’article des statuts de la Fédération Internationale de Judo : « La Fédération Internationale de Judo reconnaît comme judo celui créé par Jigoro KANO. ».

 

kodokan2.bmp (299782 octets)

 

kodokan.bmp (118734 octets)

 

En France

 

    En France, le judo apparaît dans les années 1930 mais il se développe surtout après la 2ème guerre mondiale grâce aux actions de Maître KAWAISHI, Moshé FELDENKRAIS et Paul BONNET-MAURY, Président fondateur de la Fédération Française de Judo en décembre 1946.

 

Kawaishi.bmp (160254 octets)

Maître KAWAISHI

 

    Quelques dates :

1933 : Conférence de Jigoro KANO sur le judo en France

1935 : Arrivée de Maître KAWAISHI en France

1936 : Fondation du Ju-Jitsu Club de France

1946 : Création de la Fédération Française de Judo

1951 : Fondation de la Fédération Internationale de Judo

1955 : Création du diplôme d’état de professeur de judo

 

Feldenkrais.bmp (384354 octets)

Moshé FELDENKRAIS

 

Jigoro KANO, sa vie… 

 

kanofam.bmp (319198 octets)

La famille de Jigoro KANO

 

18 octobre 1860  : Naissance à Mikage (Japon), près de Kobe, 3ème fils de l’intendant naval du shogunat Tokugawa , Jirosaku Mareshiba KANO.

1871 : La famille KANO se fixe à Tokyo.

1877 : Jigoro KANO entre à l’université impériale de Tokyo.

1878 : Il fonde le Kasei Base Ball Club (le premier club de baseball du Japon) et entre au Tenjinshin’yo-Ryu avec Maître FUKUDA.

1881 : Licencié es lettres. Il entre au Kito-Ryu.

1882 : Diplômé en sciences esthétiques et morales. Création du Judo Kodokan.

 

biokano4.bmp (125242 octets)

 

1884 : Attaché à la maison impériale.               

1885 :
 Reçoit le 7ème rang impérial.

1886 : Reçoit le 6ème rang impérial - promu vice-président au collège des Nobles.

1888 : Recteur au collège des Nobles.

1889-1891 : En mission en Europe pour le compte de la Maison Impériale.

1891 : Promu conseiller du ministre de l’éducation.

1893 : Directeur de l’Ecole Normale Supérieure, puis secrétaire du ministre de l’éducation.

1895 : Reçoit le 5ème rang impérial.                 

1899 : Nommé président du Butokukai (Centre d’étude des arts martiaux).

 

groupekano.bmp (700534 octets)

Photo de groupe au Butokukai

 

1902-1905 : Accomplit deux missions en Chine.

1905 : Reçoit le 4ème rang impérial.

1909 : Il est le premier Japonais membre du Comité International Olympique.

1911 : Président de la fédération sportive (unique) du Japon.

1912-1913 : Accomplit des missions en Europe et en Amérique 

1920 : Il prend sa retraite de fonctionnaire et se consacre entièrement au judo.

4 mai 1938 : Il meurt sur le bateau qui le ramenait du Caire, et il reçoit le 2ème rang impérial à titre posthume.